Feeds:
Posts
Comments

De retour de l’Au delà (de la Manche)

Wow, I’ve been gone a looooong time! The very nice mimilikestomakeprettystuff even asked for news from me!
So here is what happened to me in the last 2 months…
After The Elbow refusing to obey once more I decided to give up on knitting for a while (and almost succeeded) in order to give it time to heal. Which means I tried to avoid Ravelry and knitting blogs, including mine. And to be honest it wasn’t that super hard because I slightly cheated. I went back to France, I visited relatives who have only ever used modern technology in the form of CDs to make birds away (so no internet access, that goes without saying), I met up with friends… It was non-knitting good fun!

Houla, cela fait bien longtemps que je ne suis pas revenue par ici! La très gentille mimilikestomakeprettystuff a même demandé de mes nouvelles!
Donc voici ce qui m’est arrivé lors des 2 derniers mois…
Après que Le Coude aie une fois de plus décidé de ne pas se montrer coopératif j’ai décidé de mettre le tricot de côté pour quelques temps afin de lui laisser le temps de se rétablir. Ce qui signifie que j’ai essayé d’éviter Ravelry et les blogs de tricot, le mien compris. Et Pour être honnête cela n’a pas été très difficile car j’ai un peu triché. Je suis retournée en France, j’ai rendu visite à de la famille chez qui la technologie moderne n’est utilisée que sous forme de CDs destinés à effrayer les oiseaux (et donc nulle trace d’accès à internet là-bas), j’ai vu des amis… Plein de distractions non tricotesques!

So quickly after getting back home I went to the place-where-technology-is-prohibited. I picked apples. Lots of them. It was good. Sadly I only have archive pictures to illustrate this post as my parents camera seems to have the magic ability to always have discharged batteries in it, even when you change them. The weather was nicer, and there were apple trees actually involved.

Donc rapidement après être rentrée à la maison je suis allée à l’endroit-où-la-technologie-est-interdite. J’ai ramassé des pommes. Beaucoup. C’était bien. Malheureusement je n’ai que des images d’archive pour illustrer ce post car l’appareil photo de mes parents semble avoir la capacité magique de toujours avoir des piles à plat, même lorsque l’on vient de les changer. Le temps était meilleur, et il y avait bien des pommiers là-bas.

I also went for walks on the seaside…

Je suis aussi allée me promener au bord de la mer…

Then I spent a couple of days in Paris but the only pictures I can find are from the Eiffel Tower and the Arc de Triomphe so I think I’m going to spare you the cliché. You’ll get a picture from the Botanical Garden in Nantes instead, just because!

Ensuite j’ai passé quelques jours à Paris mais les seules photos que j’ai à ma disposition sont des photos de la Tour Eiffel et de l’Arc de Triomphe et je préfère vous épargner le cliché. A la place vous aurez une merveilleuse photo prise au Jardin Botanique de Nantes, car tel est mon bon plaisir!

After all this going round places I stayed in Nantes and enjoyed my family and my friends company. It all went too fast and it felt a little weird coming back to Birmingham after 5 weeks of running around, but luckily I’m going away (again) at the end of the week. To my very favorite place, no less!

Après avoir courru de droite à gauche je suis restée tranquillement à Nantes à apprécier la compagnie de ma famille et de mes amis. Le temps est passé trop vite et c’était un peu étrange de se retrouver à Birmingham après 5 semaines de vagabondages, mais heureusement je repars en voyage à la fin de la semaine. Destination mon endroit favori, rien de moins!

Ma vie sans tricot : d’inattendus effets secondaires

 

Today is my 27th day without proper knitting, and I’m doing pretty well considering my terrible condition. Of course I foolishly tried to slowly knit a couple of rows last week and it backlashed with my elbow getting briefly worse, but it is better now (but I’m staying away from knitting for a little while longer). It means I have something new to show you though, my pathetic progress on a ‘swatch’ (I generally only knit 1 inch to check if the gauge seems to be anyway near it’s supposed to be, and of course I never wash it) with the Debbie Bliss Donegal Aran I mentionned last time. At the moment it’s supposed to become a Druidess beret, but we’ll see how things turn out. So here is all I managed to knit over the course of 2 (painful) days :

Aujourd’hui c’est mon 27ème jour sans tricot (ou presque), et je me porte plutôt bien au vu de mon terrible handicap. Bien sûr la semaine dernière j’ai sottement essayé de tricoter quelques rangs lentement et le retour de bâton ne s’est pas fait attendre puisque l’état de mon coude s’est brièvement empiré, avant de revenir à la “normale” (c’est à dire non douloureux tant que j’évite le tricot, ce que je devrait faire pendant encore quelques temps). Ceci dit cela veut dire que j’ai quelque chose de nouveau à vous montrer, mon pathétique progrès sur un “échantillon” (entre guillemets car en général il ne fait 2-3 centimètres de long pour vérifier rapidement que ma tension n’est pas trop à l’ouest et bien sûr il n’est jamais lavé) de fil Debbie Bliss Donegal Aran que j’ai évoqué la dernière fois. En ce moment il sensé se transfomer en Druidess beret, mais nous verrons comment les choses tournent. Donc voici tout ce que j’ai tricoté en 2 (douloureux) jours.

 

This knitting deprivation hasn’t been without consequences it appears and I have noticed changes in myself and my surroundings in the last month.

 

- Apparition of knitting impulses in people around me

And by people I mean my boyfriend’s mum. I did say I was slowly working on her but last week things took a giant leap when she bought new knitting needles and more yarn for herself. And this week she went away for a couple of days with a knitting project in her suitcase. This kind of behaviour has been totally unheard of in the 4+ years I’ve known her. She even texted me on the first day telling me she was knitting away.

Only reasonable explaination : my unsatisfied knitting urges are trying to find a new host. Scary.

 

- Yarnotherapy and amazing self-control in yarn shops

I keep trying to cure my elbow by what I call ‘yarnotherapy’, which is putting it in contact with a lot of pretty yarn in the hope of convincing it better. Surprinsingly my attempts have been unsuccessful so far.

It means I still often go to yarn shops and while I do take mental notes of very pretty and/or affordable yarn I could totally justify to buy (because I really need a new hat in a slightly different shade of green for instance) I just don’t. I mean I don’t do any knitting at the moment so would it really be sensible? I have tried buying yarn to make my elbow better and was unsuccessful, so maybe if I just taunt it it will work? But this all mean I don’t even buy a single skein or new needles when I go to yarn shops. Instead I act as a peronnal shopping assistant for my boyfriend’s mum (see first point).

 

- My blogreader is getting out of hand

In the ancient times when I could still use my elbow freely I used to check my reader several times a day, but recently it has been more a couple of times a week. That makes for a long reading session when you finally get around to doing it.

 

- Shoes are back in my life, stronger than ever

I’m not usually a girly girl but for some dark reasons I have always been strangely attracted to shoes. I used to get quite excited when I found very cheap but nice leather shoes in charity shops (an other great passion of mine), and once in a while I would become semi-obsessed with some awesome (to my sick mind anyway) shoes that I could not (most of the time) afford. Until last week I hadn’t realised those were irrational feelings (is this a pleonasm? I still can’t make my mind) I hadn’t experienced in a long while. But last week I found out knitting had build a shoes-shield around me, and as the energy powering that shield had disappeared I became vulnerable to the dark forces again. So many pretty shoes! Red, green, blue, purple! And some of them within my reach as well! Damn you shoes, DAMN YOU! And they have corrupted what is left of my knitting world as well, with Ysolda Teague herself posting pictures of her very charming shoes on her website.

Resistance was futile at this point, and I gave in. I have always had a weakness for red shoes anyway…

Cette privation de tricot n’a apparemment pas été sans conséquences et j’ai constaté des changement de ma personne comme de mon environnement au cours du dernier mois.

 

- Apparition de pulsions tricotesques dans mon entourage

Et par mon entourage j’entends la môman de mon amoureux. J’ai dit la dernière fois que je travaillais patiemment sur son cas, mais la semaine dernière mes progrès ont fait un gigantesque bond en avant lorsque elle est allée acheter plus de laine et de nouvelles aiguilles à tricoter. Cette semaine elle est partie pour quelques jours en emportant un projet tricot dans ses bagages. Ce type de comportement n’a jamais été observé dans les plus de 4 ans que je la connais. Elle m’a même envoyé un texto le premier jour pour me dire qu’elle tricotait avec ardeur.

Seule explication plausible : mes pulsions tricotesques inassouvies cherchent un nouvel hôte. Angoissant.

 

- Filothérapie et étonnante maîtrise de moi même dans les magasins de fil

J’essaye de guérir mon coude par ce que j’appelle la “filothérapie”, qui consiste à le mettre en contact avec plein de jolis fils à tricoter dans l’espoir de le convaincre d’aller mieux. Etonnamment mes efforts n’ont pour l’instant pas été couronnés de succès.

Cela signifie que je visite toujours fréquemment les boutiques de fil à tricoter, mais si je remarque et garde en mémoire les fils que j’identifie comme très jolis et/ou abordables que je pourrais tout à fait justifier d’acquérir (car par exemple j’ai vraiment besoin d’un nouveau bonnet dans une nuance de vert légèrement différente), je m’abstiens. Après tout je ne tricote plus du tout en ce moment donc cela serait-il réellement raisonnable? J’ai essayé sans succès d’acheter de la laine pour guérir mon coude, donc peut-être que si je me contente de le mettre en appétit cela fonctionnera mieux? Enfin tout ceci signifie que je n’ai pas acheté une seule pelote lors de mes dernières visites dans les lieux de perditions. A la place je sers de “shopping assistant” personnelle pour la môman de mon amoureux (cf premier point).

 

- Mon blogreader est devenu hors de contrôle

Dans les temps anciens où je pouvais encore me servir de mon coude  librement j’avais l’habitude de jeter un coup d’oeil à mon “reader” plusieurs fois par jour, mais récemment cela est plus de l’ordre de plusieurs fois par semaine. Cela donne des sessions de lecture plutôt longuettes lorsque je me décide finalement à m’y mettre.

 

- Les chaussures sont de retour dans ma vie, plus fort que jamais

Je me plie en général plutôt mal aux stéréotypes féminins, mais je dois avouer que pour de sombres raisons qui m’échappent j’ai toujours été étrangement attirée par les chaussures. J’ai tendance à être particulièrement ravie de trouver de jolies chaussures en cuir à vil prix dans les magasins d’occasion (une autre de mes grandes passions), et une fois de temps en temps il m’arrivait de devenir semi-obnubilée par de fantastiques (pour mon esprit malade en tout cas) chaussures hors de portée de ma bourse (le plus souvent). Jusqu’à la semaine dernière je n’avais pas prêté attention au fait que je n’avais pas éprouvé ces sentiments irrationnels (est-ce un pléonasme? Je n’arrive pas à me décider) depuis un long moment. Mais la semaine dernière j’ai découvert que le tricot avait mis en place un champ de force anti-chaussures autour de moi, et que l’énergie alimentant ce champ ayant disparu j’étais de nouveau vulnérable aux forces obscures. Tant de jolies chaussures! Rouges, vertes, bleues, mauves! Et certaines d’entre elles abordables qui plus est! Soyez maudites chaussures, SOYEZ MAUDITES! Elles ont même corrompu ce qui reste de mon monde tricotesque, puisque Ysolda Teague en personne s’est mise à poster des photos de ses très charmantes chaussures sur son site.

A ce stade toute résistance était inutile et j’ai rendu les armes. J’ai toujours eu une faiblesse pour les chaussures rouges de toute façon…

Nouvelles de ma vie (presque) sans tricot

 

I had planned to keep posting even if unable to knit (publicly discussing my frogging addiction crossed my mind), but my elbow decided otherwise. Indeed while writing my last post I came to the realisation that my elbow didn’t like me typing for a long time either. After 2 weeks of rest I think it is time to put it to the test.

So I haven’t been knitting. And for a couple of days my left foot decided to join in the rebellion for yet unknown reasons before coming back to its senses and making me able to walk like a graceful gazelle again (I do live in my own deluded world). The likeness of my gait with those of a wounded penguin and the expression of my whimpering despair at the perspective of only being able to keep myself occupied with TV apparently softened my boyfriend who came back from work one day with a super bright and cheerful lollipop for me. I was pleased. I might have even left him alone and not asked him to entertain me for a whole 10 min while chewing on it.

Bien qu’incapable de tricoter j’avais prévu de continuer à alimenter le blog (en admettant par exemple de façon publique mon addiction au “frogging” ou “défaisage”© (terme protégé par un copyright fafaknits™)), mais mon coude en a décidé autrement. En effet lors de la rédaction de mon dernier post j’ai pu constater que mon coude n’appréciait pas du tout l’utilisation prolongée d’un clavier. Après 2 semaines de repos je pense qu’il est temps de re-tester sa résistance. 

Donc je n’ai pas tricoté récemment. Et pendant quelques jours mon pied gauche a décidé de joindre la rébellion pour des raisons inconnues à l’heure actuelle, avant de revenir à la raison et de me permettre de me déplacer de nouveau telle une gracieuse gazelle (oui je vis dans mon propre monde bercé d’illusions). La similitude de ma démarche avec celle d’un pingouin blessé et mon désespoir gémissant à l’idée de ne pouvoir m’occuper qu’en contemplant la télé ont manifestement du attendrir mon amoureux puisqu’il est rentré du travail un soir armé d’un présent pour moi : une sucette aux couleurs vives et joyeuses. J’en ai été ma foi fort satisfaite. J’ai même du le laisser tranquille et ne pas lui demander de me distraire pendant au moins 10 min de machouillage intensif.

 

But as I said, my foot got better magically and I was able to travel to London for a job interview last thursday. Of course I used this as an excuse to get back in touch with the magical world of knitting and I walked all the way to Waterloo station to pay a little visit to I knit London. And oh boy did it feel good. A yarn shop after 13 knitless days. I guess that this is how you must feel after walking aimlessly in a desert and stumbling across an oasis (life and death issues aside of course, hem). It was nice. And I bought nice yarn to convince my elbow that really, it was time to go back to normal.

First I got my boyfriend’s mum some Habu Silk Stainless steel in violet as I had seen her drooling over some last time I dragged her into a yarn shop. Now she is not a knitter, nor a crocheter, she is a seamstress and a very good one. But I’m taking her to the knitting side of the Force, step by step… Last time she bought some Habu Linen Paper to do “embroidery” while ogling the stainless steel, and now she is talking about learning how to knit or crochet borders out of her new silky yarn. Soon I won’t be the one asking to stop at a yarn shop! Soon I’ll rule the world! Mwahahahahahahahh!!! (cf the mention of my own deluded world above)

But I also got some yarn for myself…Mais comme je le disais mon pied s’est magiquement guérit et j’ai pu aller jusqu’à Londres pour un entretien jeudi dernier. Bien entendu je me suis servie de ce prétexte pour reprendre contact avec le monde magique du tricot et j’ai marché jusqu’à la gare de Waterloo pour une petite visite chez I knit London. Et oh que cela fut fort plaisant. Un magasin de laine après 13 jours sans tricot. J’imagine que c’est cela que l’on doit ressentir en tombant par hasard sur une oasis après s’être perdu dans le désert (questions de vie et de mort mises à part bien sûr, hem). C’était bien. Et j’ai fait l’acquisition de jolies pelotes afin de convaincre mon coude que vraiment, il était grand temps de retourner à la normale.

D’abord j’ai pris de la Habu Silk Stainless steel en violet pour la môman de mon amoureux, car je l’ai surprise en train de baver devant la dernière fois que je l’ai traînée dans un magasin de laine. Elle ne tricote pas ni ne crochète, mais c’est une très talentueuse couturière. Et je suis en train de l’entraîner du côté tricoteur de la Force, petit à petit… La dernière fois elle a fait l’acquisition de Habu Linen Paper pour faire de la “broderie” tout en reluquant le fil stainless steel, et maintenant elle parle d’apprendre à tricoter ou crocheter des bordures avec son nouveau fil soyeux. Bientôt je ne serais plus celle qui demande d’aller au magasin de fils! Bientôt je dominerai le monde! Mwahahahahahahaahahahahahah!!! (cf ma remarque sur le petit monde intérieur bercé par le vent de mes illusions)

Mais j’ai aussi pris du fil pour moi même…

 

First some pretty Donegal by Lang Yarns, apparently listed as DK on Ravelry but it looks more like sport to heavy fingering weight to me. Anyway, I like it. It kind of matches some Donegal Luxury Tweed Aran I purchased last year and that I wanted to turn it into convertible mittens. It didn’t work out and I plan to turn it into a nice hat, and my new acquisition would fit the bill for some pretty fingerless gloves to match. So yes it was a totally justified and rational purchase (if you don’t consider my present inability to knit I suppose).

I bought a second skein of yarn, and it is… Mohair! I told you I wasn’t over mohair, and this one is going to look just fantastic mixed with some purple Colinette Jitterbug I got for my birthday this year. It should work out this time. No evil twin, just a plain skein of Colinette (if there is such thing as a plain skein of Colinette of course). Elbow, obey!

Tout d’abord du joli fil Donegal par Lang Yarns, apparemment listé en tant que DK sur Ravelry mais qui ressemble plus à de la qualité sport à heavy fingering à mes yeux. Il est plus ou moins assortit à du fil Donegal Luxury Tweed Aran dont j’ai fait l’acquisition l’année dernière et que je voulais transformer en mitaines “convertibles” (ou décapotables, au choix). Mes plans ont échoué et je compte maintenant en faire un chapeau tout chaud, et ma nouvelle acquisition remplit les critères pour faire de jolies mitaines assorties. Donc oui c’était un achat tout à fait rationnel et justifié (mis à part ma présente incapacité à tricoter sans me faire rappeler à l’ordre par mon coude je suppose).

Je suis repartie avec une autre pelote, et il s’agissait de… Mohair! Je vous avais dit que j’en pinçais encore pour lui, et ce fil en particulier devrait parfaitement fonctionner avec la Colinette Jitterbug mauve que j’ai reçue pour mon anniversaire cette année. Cela devrait fonctionner cette fois ci. Pas de jumeau diabolique, juste une pelote de Colinette toute simple (si tant est qu’il existe une pelote de Colinette pouvant être qualifiée de toute simple). Coude, obéis!

Naughty elbow

Coquin de coude!

 

First I would like to thank you for the nice comments on my last post, it does feel nice to know I’m not (yet) totally crazy. And I agree, no one would notice the gauge difference in the finished scarf. However in my own little knitting world things are rarely that simple, and if I do think it’s perfectly fine if an other knitter overlooks little defects it becomes a BIG DEAL when it comes to my own knitting. So the scarf in currently in knitting limbo whilst I figure out if I can live with knowing all about the disturbing gauge difference or not. But I do have a far more terrible issue at the moment…

 

Tout d’abord je voudrais remercier mon vaste public pour les gentils commentaires sur mon dernier post, il est bon de savoir que je ne suis pas (encore) complètement folle. Et je suis tout à fait d’accord, personne ne remarquerait la différence de tension dans l’écharpe finie. Cependant dans mon univers tricotesque personnel les choses sont rarement aussi simples, et si j’ai tendance à penser que si un(e) autre adepte du tricot décide d’ignorer les petits défauts de son ouvrage il ou elle a bien raison, quand il s’agit de mon propre travail les choses prennent une toute autre proportion. Donc l’écharpe est pour l’instant en attente dans les limbes tricotesques en attendant que je prenne une décision vis à vis de ma capacité à vivre ma vie sereinement tout en ayant connaissance de la dérangeant différence de tension. Mais j’ai à l’heure actuelle un problème bien plus terrible sur les bras (dans différent sens du terme malheureusement)…

The offender/Le coupable

This elbow seems harmless enough but it holds a very dark secret. Sometime last week I woke up as usual and was getting ready to get on with my daily routine (eat/read knitting blogs/knit/pretend to apply for jobs/sleep/drink tea/eat/knit). I decided to first have a shower to avoid getting too many flies to fall in love with me, and that is when I got the first warning sign. I got a very intense pain in my left elbow while moving my arms around, and I may have screamed (part of it being the surprise, I’m used to having nice and obedient elbows that do what they are told without making a fuss). I wasn’t alarmed, I just thought it must have been a nerve getting in the way somehow and that it would be all fine. However after it happened several times again that day, it dawned on me it was probably something actually serious.

Oh and after I started knitting a little to comfort myself I realised that this activity started a less intense but slightly more spread out pain in the elbow. Damn. So I did some internet research and I talked to my boyfriend’s dad (who is a GP). Apparently I have somehow managed to develop an epicondylitis of the ‘golfer elbow‘ or ‘tennis elbow‘ type. So I have to let my elbow rest, and wait for it to get better. So no knitting.

The ghastly thing is that knitting seems to be the most likely culprit. My fragile mental equilibrium is on the verge of being shattered by the potential implications. I’m trying to blame it all on the new desk and chair I’ve been using for the last 2 months (apparently bad computer posture can cause it too), but I’m afraid it’s just wishful thinking. Damn.

 

Ce coude semble à première vue parfaitement inoffensif, mais il faut se méfier des apparences car il cache un très sombre secret. La semaine dernière je me suis réveillée un matin comme un autre, prête à me livrer à mes activités quotidiennes (manger/lire des blogs de tricot/tricoter/faire semblant de postuler pour du travail/dormir/boire du thé/manger/tricoter). Je me suis tout d’abord dirigée vers la douche afin de m’adonner aux ablutions quotidiennes qui me permettent de maintenir les mouches à distance, et c’est là que j’ai ressenti les premiers symptômes. Une douleur très intense et violente dans mon coude gauche alors que je bougeais les bras, et il se peut que j’en aie crié (en partie à cause de la surprise car j’ai plutôt l’habitude d’avoir de gentils coudes dociles qui obéissent sans faire d’histoires). Je n’étais pas très inquiète, je me suis juste dit qu’un nerf avait du se coincer quelque part de façon ponctuelle et que tout irait bien. Cependant après que la chose se soit reproduite plusieurs fois dans la journée j’ai réalisé que c’était probablement quelque chose de plus sérieux.

Oh et après avoir tricoté un peu pour me remonter le moral j’ai réalisé que cette activité déclenchait une douleur moins intense mais légèrement plus étendue. Diantre. Donc j’ai fait ma petite recherche internet et j’en ai parlé au père de mon amoureux (qui est médecin). Apparemment j’ai réussi à développer une épicondylite de type ‘golfer elbow‘ ou ‘tennis elbow’. Donc il faut que je repose mon coude en attendant que les choses s’arrangent. Donc pas de tricot.

La partie la plus terrifiante  c’est que le tricot est le coupable le plus vraisemblable de mon état. Mon fragile équilibre mental est sur le point de rompre sous le poids des implications possibles. J’essaye de me convaincre que tout est de la faute du nouveau bureau et de la nouvelle chaise que j’utilise depuis 2 mois (apparemment une mauvaise posture lors de l’utilisation d’ordinateurs est également une cause possible), mais je crains de ne prendre mes désirs pour la réalité. Diantre (bis).

Moi et le Mohair prenons une “pause”

 

So last week I talked about my long term relationship with mohair and how great things were. I had a lot of hope for the immediate future. To spice it up I introduced some Manos del Uruguay Clasica in the mix and things were looking smooth.

La semaine dernière j’ai évoqué ma liaison à long terme avec le mohair et à quel point elle était plaisante. J’avais de grandes espérances pour le futur proche. Afin de mettre un peu de piment j’ai décidé d’inviter de la Manos del Uruguay Clasica dans notre relation, et les choses semblaient marcher à la perfection.

 

A really nice color mix, a soft and super warm fabric… A simple brioche stitch creating a lovely drapey scarf… The ultimate mindless project. I couldn’t put it down, I had to get more, and more and more! Sadly my first skein of Manos couldn’t cope anymore and had to be replaced by its twin, but I managed to spit splice the 2 skeins together very easily and all was well.

 

Des couleurs superbes, un résultat extrêmement doux et chaud… Un “point brioche” (mon antique dictionnaire de points Mon Tricot m’indique qu’il s’agit en fait de côtes anglaises en langue non locale) qui créé une écharpe souple et confortable… Le tricot détente ultime. Je ne pouvais plus le reposer, il m’en fallait plus, plus et toujours plus! Malheureusement mon premier écheveau de Manos n’a pas pu tenir le coup et j’ai du le remplacer par son jumeau, mais j’ai facilement pu effectuer un “spit splice” (feutrage j’imagine?) pour assurer la continuité entre les 2 et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

 

However I rapidly found out the terrible truth : I picked my first skein’s evil twin. After a couple of rows I did notice a slight color change but I decided I could cope with it, it was only a scarf after all (also I’m trying to get less bad about having everything knitted looking perfect). I took a few steps back just in case, to see if the color change was really something I could deal with. It turns out the tiny color change is fine and I was fully ready to let go of it.

The thing I’m less relaxed about it the gauge change. It’s quite subtle and I’m still trying to convince myself I’m imagining it but really it IS there. See how all the stitches on the right are slightly more pink, but also slightly smaller than in the left part? And how the scarf suddently becomes thinner? Or am I crazy?Cependant j’ai rapidement découvert la terrible vérité : j’avais affaire au jumeau diabolique de mon premier écheveau. Après quelques rangs j’ai remarqué un très léger changement de couleurs mais j’ai décidé que je pouvais vivre avec car après tout il ne s’agissait que d’une écharpe (et accessoirement j’essaye de changer mon attitude obsessionnelle vis à vis du moindre petit défaut en matière de tricot). Juste au cas où j’ai pris un peu de recul pour m’assurer que vraiment je pouvais vivre avec un petit changement de couleurs. Il s’avère que cette minuscule différence est acceptable selon mes standards et que j’étais prête à ne plus y prêter attention.

La chose au sujet de laquelle j’étais beaucoup moins détendue était la différence de tension. C’est plutôt subtil et je suis toujours en train d’essayer de me convaincre que je l’imagine, mais vraiment NON. Vous voyez comment les mailles à droite deviennent légèrement plus roses mais aussi légèrement plus petites que sur la partie à gauche? Et comment l’écharpe devient soudainement plus mince? Ou serais-je en train de perdre la boule?

 

Anyway the evil twin managed to make mohair and I reconsider our relationship. I’m willing to make efforts and try and fix this mess, but I can’t deal with it right now. I realise it’s me who invited Manos to join us and I’m the one responsible for what is going on now but I’m still going to need some breathing space. Maybe we can all work it out if we do it from the start. Maybe we could even end up getting along with the evil twin if we use him from the beginning and alternate it with his brother. Maybe.

Right now the prospect of ripping the scarf I was so smitten with is just more than I can bear. So mohair and I are on a break. It should be temporary, we go back a long way and we had to face worst issues (like ripping lacy mohair, if we overcome that we can overcome anything). For the time being however, I’m going to focus on other flames of mine. Like rustic sheep smelling yarn for instance…

Quoiqu’il en soit le jumeau maléfique nous a fait reconsidérer notre relation au mohair et à moi. Je suis prête à faire des efforts et à essayer de réparer ce semi-désastre, mais je ne pas le faire tout de suite. Je sais que c’est moi qui ai demandé à la Manos de se joindre à nous et que je suis responsable de ce qui se passe maintenant, mais j’ai besoin de prendre un peu d’air. Peut-être que nous arriverons à tout régler si nous reprenons au début. Peut-être même que nous pourrons faire fonctionner cette relation tous ensemble, jumeau maléfique compris, si nous le faisons travailler dès le départ en équipe avec son frère. Peut-être.

Mais là tout de suite l’idée de défaire l’écharpe dont j’étais tant enamourée est juste plus que je ne peux le supporter. Donc le mohair et moi prenons une “pause”. Très probablement rien de définitif, après tout nous avons une longue histoire tous les 2 et nous avons affronté pire (comme défaire de la dentelle en mohair, après cela tout semble facile). Cependant, pour le moment je vais concentrer mon attention sur d’autres pour lesquels j’ai également un faible. Comme la laine rustique qui graisse les doigts et sent le mouton par exemple… 

Les oeuvres finies du vendredi : Happy feet (Pieds joyeux?)

 

I have had those super cool socks laying around for a while so I thought I would join Tami’s FO Friday and show them to the world. J’ai ces géniales (et je pèse mes mots) chaussettes qui traînent depuis quelques temps et je me suis dit que j’allais les montrer les montrer au monde entier (au moins) à l’occasion des “FO Fridays” de Tami.

 

They are my first non gusset socks and I made them toe-up with an Elizabeth Zimmermann ‘afterthought‘ (read planned, I used spare yarn) heel.

Ce sont mes premières chaussettes sans “gousset” et elles sont tricotées des orteils vers le haut avec un “afterthought heel” presque à la Elizabeth Zimmermann.

 

60 stitches of colorful goodness per row… I loved every second of it, and now I take any excuse to wear them, warm weather or not!

60 mailles joyeusement colorées par rang… J’ai adoré chaque seconde passée à les tricoter, et je saute maintenant sur la moindre excuse pour les porter, chaleurs estivales ou non!

 

A little more info on/Un peu plus de détails sur : Ravelry

Love story : Au commencement était le Mohair

 

Before I started knitting I had never really given mohair much thought, if any. I’m not sure I was even really aware of its existence, and at the most it might have made me think of hairy 80′s sweaters.

So when I started knitting I didn’t feel any urge to try this weird fluffy fiber and happily stuck to DK/worsted/bulky wool yarn. Luckily, my boyfriend sometimes buys me yarn and he is more adventurous than I am. Oh, and even more luckily he tends to have really good taste yarn-wise (or he is just smart enough to listen to the helpful shop owner, either way I’m happy with it). So one Christmas (the first after turning into a hopeless yarn addict) he surprised me with some Manos del Uruguay Silk Blend and Adriafil Kid mohair. I was absolutely delighted with the Manos, as I had been stalking it online for a while (a fact he was actually unaware of, he is just that great at picking yarn ;o)). That one was turned into the scarf that is currently featured as the header of this blog. I was not as smitten with the mohair, but the color was nice and it was soft, and really it was time to try something different.

I started browsing patterns on Ravelry and decided that Wisp was a good candidate. And I started knitting away, I fell in love.

Oh of course I was a little frustrated at first, as I do love to rip my projects to fix every single mistake. But once I got the hang of the pattern, I just couldn’t put it down. It was light and soft, yet very warm. How could I resist?

Avant de débuter le tricot je n’avais jamais prêté beaucoup d’attention au mohair. Je ne suis même pas sûre d’avoir été vraiment consciente de son existence, et au mieux cela m’aurait peut-être évoqué les pulls poilus des années 80.

Aussi quand j’ai commencé à tricoter je n’ai pas vraiment senti le besoin d’essayer cette étrange fibre duveteuse et je me suis volontiers contentée de mes fils en laine épais : DK/worsted/bulky. Par chance mon amoureux m’achète parfois du fil à tricoter, et il est dans ce domaine parfois plus aventureux que je ne le suis. Par chance encore il a également plutôt bon goût (ou bien il est suffisamment intelligent pour suivre les conseils de la serviable commerçante, dans tous les cas cela me va!). Donc un Noël (le premier après l’apparition des symptômes d’addiction tricotesques) il m’a offert de la Manos del Uruguay Silk Blend et de l’Adriafil Kid mohair. J’étais absolument enchanté de la Manos puisque j’en rêvais devant mon écran depuis quelques temps déjà (fait dont il n’était d’ailleurs pas conscient, il est juste doué à ce point pour choisir de la laine ;o)). Elle s’est transformé en l’écharpe qui apparaît désormais comme en-tête de ce blog. Je n’étais pas aussi enthousiaste à propos du mohair, mais la couleur était belle et le fil doux, et vraiment je n’étais pas contre l’idée d’essayer quelque chose de différent.

J’ai commencé à parcourir les modèles sur Ravelry et ai décidé que Wisp serait un bon candidat. Après quelques rangs j’étais complètement tombée sous le charme. Léger et doux, mais également très chaud, comment résister?

Oh bien sûr il y a eu des moments de frustration au début, puisque j’aime détricoter mes projets s’il le faut pour réparer la plus infime erreur. Mais une fois que j’ai eu bien assimilé le modèle, je n’ai plus pu reposer mes aiguilles.

 

I know some people are sensitive to mohair, but I’m really not. Like I seem to be able to cope with “scratchy” wools very well as well. Which is odd because I can still remember the scratchiness of a woolen jumper and woolen shorts my mum used to make me wear over a shirt when I was little, even if I only had to cope with it against my bare skin when I had to put it on or take it off. I don’t want to imagine what would have happened of me if I hadn’t outgrown this sensitivity!

So since then I’ve knitted in mohair a little bit more… (And funny enough the yarn was a gift in both cases, but this time I had publicized my newborn affection for mohair).


Je sais que certaines personnes sont particulièrement sensibles au mohair, mais je semble être immunisé. Comme je semble pouvoir supporter des qualités de laine qui ont généralement la réputation de gratter. Ce qui est relativement étrange car j’ai encore un souvenir très vif d’un pull et d’un short en laine que me faisait porter ma môman quand j’étais petite, alors qu’ils n’étaient en contact direct contre ma peau que lorsque je les enfilais ou les enlevais. Je n’ose imaginer ce qu’il serait advenu de moi si ma peau n’était pas devenue moins sensible avec le temps!

Donc depuis cette première écharpe j’ai de nouveau tricoté du mohair à plusieurs reprises… (Et de façon amusante le fil était un cadeau dans les 2 cas présentés, même si cette fois j’avais largement rendu public mon amour nouveau-né pour le mohair).

 

And today, mohair and Manos del Uruguay are back in my life together again (isn’t that very romantic?). I had this pretty Wool Clasica that I had purchased on sale from Laine et Tricot and after several attempts at turning it into a scarf something still wasn’t quite right. And last weekend we went back to south Derbyshire, paid a visit to the lovely local yarn shop and I think I found a solution. Mohair. Adrialfil Kid mohair to be more precise.

Et aujourd’hui le mohair et la laine Manos del Uruguay s’invitent de nouveau ensemble dans ma vie (n’est pas très romantique?). J’avais acheté ce très beau fil Wool Clasica en solde chez Laine et Tricot et après plusieurs tentatives pour le transformer en écharpe, il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. Le weekend dernier nous sommes rentrés dans le sud Derbyshire et nous sommes allés faire une petite visite au magasin de laine local où je pense avoir trouvé la solution. Sous forme de mohair. Du Kid mohair d’Adriafil pour être précise.

 

Don’t they look like the perfect match? I’ve never mixed 2 yarn together so far (not that I can recall anyway) but it looks like I should try something new.


Ne semblent-ils pas faits l’un pour l’autre? Je n’ai jamais mélangé 2 fils ensemble jusqu’à présent (enfin pas que je me souvienne), mais j’ai l’impression qu’il est temps d’essayer quelque chose de nouveau.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.