Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘épicondylite’

Ma vie sans tricot : d’inattendus effets secondaires

 

Today is my 27th day without proper knitting, and I’m doing pretty well considering my terrible condition. Of course I foolishly tried to slowly knit a couple of rows last week and it backlashed with my elbow getting briefly worse, but it is better now (but I’m staying away from knitting for a little while longer). It means I have something new to show you though, my pathetic progress on a ‘swatch’ (I generally only knit 1 inch to check if the gauge seems to be anyway near it’s supposed to be, and of course I never wash it) with the Debbie Bliss Donegal Aran I mentionned last time. At the moment it’s supposed to become a Druidess beret, but we’ll see how things turn out. So here is all I managed to knit over the course of 2 (painful) days :

Aujourd’hui c’est mon 27ème jour sans tricot (ou presque), et je me porte plutôt bien au vu de mon terrible handicap. Bien sûr la semaine dernière j’ai sottement essayé de tricoter quelques rangs lentement et le retour de bâton ne s’est pas fait attendre puisque l’état de mon coude s’est brièvement empiré, avant de revenir à la “normale” (c’est à dire non douloureux tant que j’évite le tricot, ce que je devrait faire pendant encore quelques temps). Ceci dit cela veut dire que j’ai quelque chose de nouveau à vous montrer, mon pathétique progrès sur un “échantillon” (entre guillemets car en général il ne fait 2-3 centimètres de long pour vérifier rapidement que ma tension n’est pas trop à l’ouest et bien sûr il n’est jamais lavé) de fil Debbie Bliss Donegal Aran que j’ai évoqué la dernière fois. En ce moment il sensé se transfomer en Druidess beret, mais nous verrons comment les choses tournent. Donc voici tout ce que j’ai tricoté en 2 (douloureux) jours.

 

This knitting deprivation hasn’t been without consequences it appears and I have noticed changes in myself and my surroundings in the last month.

 

– Apparition of knitting impulses in people around me

And by people I mean my boyfriend’s mum. I did say I was slowly working on her but last week things took a giant leap when she bought new knitting needles and more yarn for herself. And this week she went away for a couple of days with a knitting project in her suitcase. This kind of behaviour has been totally unheard of in the 4+ years I’ve known her. She even texted me on the first day telling me she was knitting away.

Only reasonable explaination : my unsatisfied knitting urges are trying to find a new host. Scary.

 

– Yarnotherapy and amazing self-control in yarn shops

I keep trying to cure my elbow by what I call ‘yarnotherapy’, which is putting it in contact with a lot of pretty yarn in the hope of convincing it better. Surprinsingly my attempts have been unsuccessful so far.

It means I still often go to yarn shops and while I do take mental notes of very pretty and/or affordable yarn I could totally justify to buy (because I really need a new hat in a slightly different shade of green for instance) I just don’t. I mean I don’t do any knitting at the moment so would it really be sensible? I have tried buying yarn to make my elbow better and was unsuccessful, so maybe if I just taunt it it will work? But this all mean I don’t even buy a single skein or new needles when I go to yarn shops. Instead I act as a peronnal shopping assistant for my boyfriend’s mum (see first point).

 

– My blogreader is getting out of hand

In the ancient times when I could still use my elbow freely I used to check my reader several times a day, but recently it has been more a couple of times a week. That makes for a long reading session when you finally get around to doing it.

 

– Shoes are back in my life, stronger than ever

I’m not usually a girly girl but for some dark reasons I have always been strangely attracted to shoes. I used to get quite excited when I found very cheap but nice leather shoes in charity shops (an other great passion of mine), and once in a while I would become semi-obsessed with some awesome (to my sick mind anyway) shoes that I could not (most of the time) afford. Until last week I hadn’t realised those were irrational feelings (is this a pleonasm? I still can’t make my mind) I hadn’t experienced in a long while. But last week I found out knitting had build a shoes-shield around me, and as the energy powering that shield had disappeared I became vulnerable to the dark forces again. So many pretty shoes! Red, green, blue, purple! And some of them within my reach as well! Damn you shoes, DAMN YOU! And they have corrupted what is left of my knitting world as well, with Ysolda Teague herself posting pictures of her very charming shoes on her website.

Resistance was futile at this point, and I gave in. I have always had a weakness for red shoes anyway…

Cette privation de tricot n’a apparemment pas été sans conséquences et j’ai constaté des changement de ma personne comme de mon environnement au cours du dernier mois.

 

– Apparition de pulsions tricotesques dans mon entourage

Et par mon entourage j’entends la môman de mon amoureux. J’ai dit la dernière fois que je travaillais patiemment sur son cas, mais la semaine dernière mes progrès ont fait un gigantesque bond en avant lorsque elle est allée acheter plus de laine et de nouvelles aiguilles à tricoter. Cette semaine elle est partie pour quelques jours en emportant un projet tricot dans ses bagages. Ce type de comportement n’a jamais été observé dans les plus de 4 ans que je la connais. Elle m’a même envoyé un texto le premier jour pour me dire qu’elle tricotait avec ardeur.

Seule explication plausible : mes pulsions tricotesques inassouvies cherchent un nouvel hôte. Angoissant.

 

– Filothérapie et étonnante maîtrise de moi même dans les magasins de fil

J’essaye de guérir mon coude par ce que j’appelle la “filothérapie”, qui consiste à le mettre en contact avec plein de jolis fils à tricoter dans l’espoir de le convaincre d’aller mieux. Etonnamment mes efforts n’ont pour l’instant pas été couronnés de succès.

Cela signifie que je visite toujours fréquemment les boutiques de fil à tricoter, mais si je remarque et garde en mémoire les fils que j’identifie comme très jolis et/ou abordables que je pourrais tout à fait justifier d’acquérir (car par exemple j’ai vraiment besoin d’un nouveau bonnet dans une nuance de vert légèrement différente), je m’abstiens. Après tout je ne tricote plus du tout en ce moment donc cela serait-il réellement raisonnable? J’ai essayé sans succès d’acheter de la laine pour guérir mon coude, donc peut-être que si je me contente de le mettre en appétit cela fonctionnera mieux? Enfin tout ceci signifie que je n’ai pas acheté une seule pelote lors de mes dernières visites dans les lieux de perditions. A la place je sers de “shopping assistant” personnelle pour la môman de mon amoureux (cf premier point).

 

– Mon blogreader est devenu hors de contrôle

Dans les temps anciens où je pouvais encore me servir de mon coude  librement j’avais l’habitude de jeter un coup d’oeil à mon “reader” plusieurs fois par jour, mais récemment cela est plus de l’ordre de plusieurs fois par semaine. Cela donne des sessions de lecture plutôt longuettes lorsque je me décide finalement à m’y mettre.

 

– Les chaussures sont de retour dans ma vie, plus fort que jamais

Je me plie en général plutôt mal aux stéréotypes féminins, mais je dois avouer que pour de sombres raisons qui m’échappent j’ai toujours été étrangement attirée par les chaussures. J’ai tendance à être particulièrement ravie de trouver de jolies chaussures en cuir à vil prix dans les magasins d’occasion (une autre de mes grandes passions), et une fois de temps en temps il m’arrivait de devenir semi-obnubilée par de fantastiques (pour mon esprit malade en tout cas) chaussures hors de portée de ma bourse (le plus souvent). Jusqu’à la semaine dernière je n’avais pas prêté attention au fait que je n’avais pas éprouvé ces sentiments irrationnels (est-ce un pléonasme? Je n’arrive pas à me décider) depuis un long moment. Mais la semaine dernière j’ai découvert que le tricot avait mis en place un champ de force anti-chaussures autour de moi, et que l’énergie alimentant ce champ ayant disparu j’étais de nouveau vulnérable aux forces obscures. Tant de jolies chaussures! Rouges, vertes, bleues, mauves! Et certaines d’entre elles abordables qui plus est! Soyez maudites chaussures, SOYEZ MAUDITES! Elles ont même corrompu ce qui reste de mon monde tricotesque, puisque Ysolda Teague en personne s’est mise à poster des photos de ses très charmantes chaussures sur son site.

A ce stade toute résistance était inutile et j’ai rendu les armes. J’ai toujours eu une faiblesse pour les chaussures rouges de toute façon…

Read Full Post »

Coquin de coude!

 

First I would like to thank you for the nice comments on my last post, it does feel nice to know I’m not (yet) totally crazy. And I agree, no one would notice the gauge difference in the finished scarf. However in my own little knitting world things are rarely that simple, and if I do think it’s perfectly fine if an other knitter overlooks little defects it becomes a BIG DEAL when it comes to my own knitting. So the scarf in currently in knitting limbo whilst I figure out if I can live with knowing all about the disturbing gauge difference or not. But I do have a far more terrible issue at the moment…

 

Tout d’abord je voudrais remercier mon vaste public pour les gentils commentaires sur mon dernier post, il est bon de savoir que je ne suis pas (encore) complètement folle. Et je suis tout à fait d’accord, personne ne remarquerait la différence de tension dans l’écharpe finie. Cependant dans mon univers tricotesque personnel les choses sont rarement aussi simples, et si j’ai tendance à penser que si un(e) autre adepte du tricot décide d’ignorer les petits défauts de son ouvrage il ou elle a bien raison, quand il s’agit de mon propre travail les choses prennent une toute autre proportion. Donc l’écharpe est pour l’instant en attente dans les limbes tricotesques en attendant que je prenne une décision vis à vis de ma capacité à vivre ma vie sereinement tout en ayant connaissance de la dérangeant différence de tension. Mais j’ai à l’heure actuelle un problème bien plus terrible sur les bras (dans différent sens du terme malheureusement)…

The offender/Le coupable

This elbow seems harmless enough but it holds a very dark secret. Sometime last week I woke up as usual and was getting ready to get on with my daily routine (eat/read knitting blogs/knit/pretend to apply for jobs/sleep/drink tea/eat/knit). I decided to first have a shower to avoid getting too many flies to fall in love with me, and that is when I got the first warning sign. I got a very intense pain in my left elbow while moving my arms around, and I may have screamed (part of it being the surprise, I’m used to having nice and obedient elbows that do what they are told without making a fuss). I wasn’t alarmed, I just thought it must have been a nerve getting in the way somehow and that it would be all fine. However after it happened several times again that day, it dawned on me it was probably something actually serious.

Oh and after I started knitting a little to comfort myself I realised that this activity started a less intense but slightly more spread out pain in the elbow. Damn. So I did some internet research and I talked to my boyfriend’s dad (who is a GP). Apparently I have somehow managed to develop an epicondylitis of the ‘golfer elbow‘ or ‘tennis elbow‘ type. So I have to let my elbow rest, and wait for it to get better. So no knitting.

The ghastly thing is that knitting seems to be the most likely culprit. My fragile mental equilibrium is on the verge of being shattered by the potential implications. I’m trying to blame it all on the new desk and chair I’ve been using for the last 2 months (apparently bad computer posture can cause it too), but I’m afraid it’s just wishful thinking. Damn.

 

Ce coude semble à première vue parfaitement inoffensif, mais il faut se méfier des apparences car il cache un très sombre secret. La semaine dernière je me suis réveillée un matin comme un autre, prête à me livrer à mes activités quotidiennes (manger/lire des blogs de tricot/tricoter/faire semblant de postuler pour du travail/dormir/boire du thé/manger/tricoter). Je me suis tout d’abord dirigée vers la douche afin de m’adonner aux ablutions quotidiennes qui me permettent de maintenir les mouches à distance, et c’est là que j’ai ressenti les premiers symptômes. Une douleur très intense et violente dans mon coude gauche alors que je bougeais les bras, et il se peut que j’en aie crié (en partie à cause de la surprise car j’ai plutôt l’habitude d’avoir de gentils coudes dociles qui obéissent sans faire d’histoires). Je n’étais pas très inquiète, je me suis juste dit qu’un nerf avait du se coincer quelque part de façon ponctuelle et que tout irait bien. Cependant après que la chose se soit reproduite plusieurs fois dans la journée j’ai réalisé que c’était probablement quelque chose de plus sérieux.

Oh et après avoir tricoté un peu pour me remonter le moral j’ai réalisé que cette activité déclenchait une douleur moins intense mais légèrement plus étendue. Diantre. Donc j’ai fait ma petite recherche internet et j’en ai parlé au père de mon amoureux (qui est médecin). Apparemment j’ai réussi à développer une épicondylite de type ‘golfer elbow‘ ou ‘tennis elbow’. Donc il faut que je repose mon coude en attendant que les choses s’arrangent. Donc pas de tricot.

La partie la plus terrifiante  c’est que le tricot est le coupable le plus vraisemblable de mon état. Mon fragile équilibre mental est sur le point de rompre sous le poids des implications possibles. J’essaye de me convaincre que tout est de la faute du nouveau bureau et de la nouvelle chaise que j’utilise depuis 2 mois (apparemment une mauvaise posture lors de l’utilisation d’ordinateurs est également une cause possible), mais je crains de ne prendre mes désirs pour la réalité. Diantre (bis).

Read Full Post »